• Accueil
  • > Vie sauvage le long de la rivière, « Yerres »

Vie sauvage le long de la rivière, « Yerres »

Ont-ils été rapportés en France par quelques inconscients ou originaux au vingtième siècle, au dix-neuvième ou même avant, les « ragondins » en 2006 faisaient la joie et l’émerveillement des enfants de tous âges. Les « ragondins » ont peut-être existé sur ces territoires par eux-mêmes selon des lois naturelles, sans que l’on invente leur importation étonnante. Quelques hommes ont réfléchi sur leur sort… Les ragondins qui vivent en famille ont du perturber la vie des hommes esseulés, tristes et cruels qui par esprit de jalousie par rapport à cette vie de famille admirable ont décidé de se venger contre le bonheur de ces jolis animaux sauvages. Lorsque les ragondins nageaient dans la rivière, les enfants admiraient leur dextérité et leur souplesse. Ils se déplaçaient en petit groupe. Il y avaient les vieux qui étaient les plus gros et les plus amusants, puis les autres et quelques petits. Ils étaient six peut-être sept, ils plongeaient et réapparaissaient avec leur museau aux longues moustaches. Devant ce spectacle les enfants se disaient qu’il n’y a pas qu’à la télévision que l’on peut voir la vie sauvage. Il avaient le spectacle en réalité devant eux, dans la rivière dans le silence et au son des ondulations provoquées par la nage souple et élégante des magnifiques créatures. D’en haut du vieux pont, on peut très bien voir différents poissons évoluer. Des canards sauvages en groupe la plupart du temps, le blanc a disparu, pourtant il était présent sur son territoire depuis plusieurs années. Le héron se pose et s’envole à grandes tirées d’ailes au-dessus de l’Yerres et trouve une percée à travers la cime des arbres pour s’en aller plus en amont, un chien aboie au loin et un autre lui répond, les chouettes s’envoient des messages la nuit en toute saison. Les chats observent. Les pêcheurs pêchent, ils font partie du paysage et ils aiment leur endroit. Avant un renard pouvait être aperçu la nuit par-ci, par-là confirmant encore un petit coté sauvage de la région. Le renard a été « supprimé » et les « ragondins » ont suivi le même sort. L’éradication de la rage a pourtant été officiellement proclamée. Si les ragondins sont porteurs (parfois) de maladie, vaccinez-les, limitez les naissances les vétérinaires savent comment s’y prendre. C’est une chance de pouvoir observer une espèce sauvage, vous les redresseurs de tords, vous qui n’aimez que le béton, vous qui voulez avoir le dessus sur la nature, vous ne savez que détruire, ce que la nature crée. Les ragondins quant à eux détruisent les bords de rivière nous dit-on! – Et bien il faut consolider ces bords tout simplement, faire des réserves protégées. Pourquoi détruire, pourquoi tuer? pourquoi anéantir le plaisir et l’étonnement des enfants? – Je crois qu’il faut tout simplement être cruel pour faire le mal au profit d’un léger confort bien aléatoire. Les maladies ! personne ne les a jamais touchés. Les berges du bord de l’eau! personne n’y va!

W.V.

Laisser un commentaire




Lusopholie |
Projet Vladikite,cosmos, as... |
Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Critica
| Dolunay
| "Le Dernier Carré"