Catherine ZOUBTCHENKO peintre

29032019

Et quel peintre ! Allez consulter les sites qui regroupent ses œuvres, elle est connue, elle est cotée par les grands spécialistes, elle est passionnante, tout ce qu’elle a accompli est simplement beau. Ce sont souvent des réalisations géométriques dont les explications sont complexes mais ça c’est le secret de ces peintres qui ont hérité des grands concepteurs de nouveaux genres des deux siècles passés. Katia Zoubtchenko a fait aussi du figuratif impressionnisme « femme » assise » et autres. Pour revenir à ses techniques il faut mentionner que les écoles d’art où elle a étudié ont été la base de ce qu’elle est devenue. Élève, muse et compagne d’Anré Lanskoy elle a enrichi sa technique et son savoir. Il lui avait appris non seulement à maîtriser les couleurs mais aussi les assembler de telle sorte que leur combinaison puisse inspirer et donner une explication équilibrée dans une ambiance appropriée, triste, mélancolique bien souvent due à son origine russe de temps très mouvementés et dramatiques, mais aussi l’éclatement de la beauté exubérante dans la joie, l’interrogation des raisons de la vie avec son regard inquiet que nous lui connaissons. La construction de son style a indéniablement impacté l’ère moderne, le vingtième siècle avec ses interrogations, les constatations et le modernisme dans lequel on peut aisément trouver des usines, ateliers et chaînes de transmission.

Les couleurs sont certainement ce qui la caractérise le plus, elle sait les associer même si elles sont contradictoires elles donnent l’ambiance et l’explication. Souvent les couleurs restent dans des dominantes avec une multitude de nuances dans les tons et ne bousculent pas le thème qu’elle propose – lorsque les couleurs essentielles s’affrontent, c’est qui’il y a une raison. La raison est soit naturelle, soit imposée et parfois elle peut être entourée afin de bien marquer des limites compréhensives comme l’ont fait les plus grands impressionnistes. Ce qui est simplement joli dans ses compositions, c’est que l’idée principale que Katia développe se trouve au centre de sa composition et le pourtours est contrasté par des nuances pastelles claires qui invitent à la concentration sur le sujet. Ceux qui comme moi la connaissent, combien de fois pendant deux décennies ne nous étions pas arrêtés devant ses « émaux » à la station de métro ligne « 1″ de Franklin Roosevelt pour admirer deux de ses premières œuvres chatoyantes de couleurs, le coq et une autre.

La vie de Catherine Zoubtchenko est riche d’émotions et de passions. Elle avait quitté avec sa mère la Russie soviétique alors qu’elle n’avait que huit ans, Léningrad. Elle a grandi à Paris et la région parisienne, puis étudiante elle a connu comme tous ces peintres qui ont apporté quelque chose de nouveau et d’extraordinaire pour l’art à Montparnasse. Française d’origine russe sa notoriété est internationale, elle a exposé ses œuvres dans de nombreux pays, un pays a dû la bouleverser c’est lors de son exposition en Russie, je vous dirai la ville plus tard (Saint-Petersbourg sa ville natale ou Moscou).

Ceux que les couleurs passionnent ainsi que les collectionneurs spécialisés dans les peintres français de Montparnasse peuvent s’adresser à la salle Drouot et d’autres.

Wladimir Vostrikov

 

https://www.google.com/search?rlz=1C1CHBF_frFR783FR783&biw=804&bih=472&q=catherine+zoubtchenko+peintre&tbm=isch&source=univ&sa=X&ved=2ahUKEwjhzvnw_KfhAhUJAmMBHarAA14QsAR6BAgJEAE




Notre Planète, devenir jardinier pour la protéger

15032019

Notre Planète, devenir jardinier pour la protéger
16
03
2019
Pour notre Planète, la seule solution est de la protéger, améliorer les choses, écouter et lire les spécialistes qui consacrent tout leur temps à étudier l’état de notre Terre dans tous les détails. Ces spécialistes décrivent comment la Terre s’est formée il y a plus de 4,5 milliards d’années – de petites, très petites particules sillonnaient le cosmos incandescent après le Big Bang et la « grande inflation » des 380,000 années, ces particules basiques à partir de l’hydrogène, de l’hélium éléments primitifs ont peu à peu, doucement, sans commune mesure avec le scénario qui avait précédé se sont transformés par la nucléosynthèse en fer et en silicates. Ces infimes poussières s’étaient mélangées aux gaz dans les nébuleuses disparates en pleine expansion et s’étaient agglomérées à d’autres pour former des objets de plus en plus gros, puis planétésimaux et astéroïdes tout cela a convergé en grande quantité pour former les étoiles très chaudes par des processus nucléaires que décrivent les savants. Des milliards d’étoiles s’étaient réalisées, elles ont explosé, de la matière incandescente s’était propagée à travers le cosmos, des accrétions se sont réalisées pendant que les étoiles explosaient en supernovaes et devenaient des géantes ou des naines rouges, d’autres restaient en pleine activité et règnent dans l’univers changeant, pour les milliards d’années à venir – tout autour des planètes gravitent, toutes trop près ou trop loin de leur étoile empêchant ainsi toute forme de vie d’apparaître.

Les scientifiques, cosmologistes astrophysiciens explorent l’univers, font des expériences en laboratoire, le moindre élément constituant la plus basique des formes d’un début de vie n’est ni visible dans l’univers, ni envisagé selon les mathématiques dans notre environnement immédiat dans la Voie lactée, autre-part encore moins. Les scientifiques astrophysiciens, anthropologues, cosmologistes, astronomes, chimistes et physiciens sont convaincus qu’aller vivre ailleurs dans l’univers est insensé – de petites visites de courte durée seront possibles, mais ceux qui rêveront de s’installer sur Mars ou un satellite de Jupiter ou de Saturne sauront d’avance qu’il s’agira d’un « aller simple » sans espoir de retour. On a rien à faire ailleurs, la seule solution est ici, sur notre bonne vieille Terre. La vie est apparue sur terre mais peut-être nulle part ailleurs, il faut s’en tenir aux affirmations d’Enrico Fermi « qu’à coups de neutrons on peut désintégrer les atomes » mais d’extraterrestres, « tant qu’on les a pas vus, ils n’existent pas » et l’on pourrait ajouter « tant qu’on n’a pas déterminé de la vie ailleurs, c’est qu’il n’y en pas » même si on trouve un élément basique aux acides aminés, qu’ils appellent « glycine ». Si évoluée est la vie sur terre et unique, sans espoir d’ailleurs, une seule chose reste à faire, c’est la préserver. Les jeunes l’ont compris car il s’agit de leur avenir. Les industriels de tous pays doivent se résoudre à limiter les pollutions, les limiter drastiquement, car on sait que les arrêter n’est point possible, c’est le moindre geste qu’on attend d’eux pour l’avenir de l’humanité et de la beauté de notre planète.

La vie existe peut-être ailleurs, même sous des formes qu’on a peine à imaginer ou semblable à ce que nous connaissons sur Terre, mais loin, très loin dans d’autres galaxies car par un simple calcul de probabilité la distance entre une planète et son soleil peut ressembler à celle qui sépare Terre du Soleil, puisqu’il y aurait des milliards d’étoiles type soleil et d’autant plus de planètes type Terre dans des systèmes stellaires comme le nôtre. M31, la galaxie d’Andromède pourrait fort bien contenir des systèmes comme le système solaire, d’autant plus qu’elle est plus grande, mais tout de même éloignée de 2,3 millions d’années-lumière, distance inatteignable malgré que les astronomes prévoient dans quelques millions d’années la collision entre nos deux galaxies dans un mélange non catastrophique qui se fera en douceur, chaque planète serait épargnée. Chaque être humain laisse quelque chose sur Terre, qui l’imprègne dans l’éternité, mais son séjour ici bas est bien court.

Dans quelques jours j’aurai la joie de rencontrer le cosmonaute russe Guennady Padalka celui qui détient le record de durée de séjour dans l’espace, lui et tous les autres se sont extasiés devant la beauté de notre Terre devant le froid et le vide noir du cosmos, tous l’ont trouvée fragile – à nous tous de la protéger, toutes les initiatives sont admirables et nombreuses peuvent aussi être créatrices d’emplois. Devenir « jardinier » de notre Terre. Cultiver, nettoyer, arranger, stopper les mauvaises habitudes, semer, planter, diminuer les pollutions, arrêter la propagation de tous les poisons, diminuer l’explosion démographique et instaurer le respect des uns envers les autres et aussi le respect envers les animaux.

p.s.: j’ajoute aussi cette réflexion sur l’autre blog car c’est dans le fil de l’actualité d’aujourd’hui le 15 mars et du 16 mars journées de manifestation des étudiants et de demain de la manifestation mondiale pour l’écologie et la sauvegarde de notre planète Terre.







Jacques Mortier |
Gabaye mycologia II |
Wladimir Vostrikov - France |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Biologie
| module externe et indépenda...
| ASTRONOMIE?...C'est Quoi?