Salon de la BD et du livre sur l’aviation Etampes-aérodrome de Mondésir

8052018

Wladimir participera au Salon de la BD  et du livre sur l’Aviation des 2 et 3 juin 2018

organisé par « l’Association Patrimoine et Traditions du Pays de la Beauce ».

La Beauce, la plus grande étendue agricole de France.

L’aérodrome se trouve à 7,5 km au sud d’Étampes au bord de la Nationale 20

Cadre champêtre et « aéronautique » – pas de problème de parking !

 




La plus jolie librairie papeterie carterie de l’Essonne

25042018

corbeil librairie chauvelin 2

 

LIBRAIRIE  PAPETERIE  CARTERIE  CHAUVELIN

Place Saint Léonard

9100 CORBEIL ESSONNE

C’est la plus jolie librairie papeterie carterie de l’Essonne et peut-être même d’une région bien plus grande. Située sur une place qui porte le nom prestigieux « Saint Léonard » – Léonard étant l’un de mes héros dans mes bouquins, mais surtout Saint Léonard de Noblat du Limousin où il vécut au sixième siècle, lieu d’un monastère et Léonard référence au grand Léonard de Vinci. A quelques pas de la Seine et du pont de Corbeil, sur une place ancienne regroupant quelques commerces indispensables se trouve la librairie de Madame Chauvelin que tous les écrivains du Salon du Livre de Mennecy apprécient beaucoup pour sa gentillesse, son savoir-faire de libraire ainsi que pour sa disponibilité. Un endroit plein de charme, été comme hiver, printemps comme automne. Une devanture très esthétique et équilibrée, à l’intérieur un paradis pour les lecteurs superbement agencé .

La plus jolie « Librairie Papeterie Carterie » de l’Essonne est bien celle-là !

 

 

 




origine du nom de mon village

25042018

https://www.77livres.fr/index.php/77-s-et-m/77-nord/nouveautes-77-nord/les-noms-de-lieux-de-la-seine-et-marnehttps://www.77livres.fr/index.php/77-s-et-m/77-nord/nouveautes-77-nord/les-noms-de-lieux-de-la-seine-et-marne

Il suffit de demander pour l’Essonne !

 

chez: Lys Editions Amatteis




Album peintures huiles de Wladimir

13032018

 

IMGP0314

Cascade enchantée 60×80

  Certaines peintures sont de dimensions 40×50 d’autres 60×120. la troisième avant dernière est petite 20×35. Les deux dernières sont des portions d’une fresque de 200×50. Par exemple le Canigou avec les pêchers en fleurs est petit 20×30. Les oies sauvages survolent les tournesols 120×80

  Les montagnes sont inspirées ou celles de la Haute Savoie, d’autres d’inspiration des Albères des Pyrénées Orientales.

IMGP0317

Les contreforts dans le massif du Mont Blanc et le Giffre  80×60

 IMGP0320

Des vaches paissent sur le Môle  65×40

 

IMGP0321

Un petit bouquet de fleurs des champs de Juin 20×35

 

IMGP0323

Statue de « La Brise » qu’on dit, la mal aimée – quartier des Eaux Vives petit port de Genève rive gauche,   gouache 60×45

IMGP0327

Mont Blanc vu au-dessus de l’Arve  42×35

IMGP0328

Le Giffre, et herbes sauvages 60×80

IMGP0329

Pommiers au printemps dans les Voirons, au-dessus d’Annemasse  70×60

 

IMGP0331

Vue de chez nous sur les abricotiers en fleurs, devant les Albères 70×60

IMGP0333

Pâturages en Haute Savoie 50×40

IMGP0338

Le Mon Blanc, un lac des Bossons 60x40

 

IMGP0340

En haut du Salève  40×30

IMGP0343

Les oies sauvages survolent les tournesols 120×80

IMGP0345

Embarcadère des Pâquis, quai du Mont Blanc à Genève, en face les Voirons 60×40 

IMGP0348

Dans la vallée enneigée du Praz de Lys (1975) 60×45

 

IMGP0367

L’Aiguille verte Haute Savoie 60×45

 

IMGP0354

Le Canigou, le Tech, au bord des pêchers en fleurs 30×25

 

IMGP0359

Fresque à restaurer 200×50 vue des Albères à partir de la plage de la  Méditerranée. Argelès / Elne P.O.

IMGP0371

Baie de Collioure 25×35 (restauration)

IMGP0374

Jardin et bassin aux poissons rouges Boussy 50×30

IMGP0377

Myriade de fleurs pour Hélène 80×60

IMGP0378

Ruisseau de montagne 60×40

IMGP0379

Hameau de haute montagne, sans électricité 40×30

IMGP0380

Vue sur l’océan à travers pins 80×60

IMGP0381

L’Arve coule au pied du Salève 60×40

IMGP0383

Paysage de Brie en automne  70×40

D’autres suivront…




Étrange la poésie

23022018

Étrange, la poésie

J’en ai connu des gens inspirés, regardant l’air flou devant eux. Au début c’est vous qu’ils regardent et cela vous interpelle, soudain vous vous apercevez qu’il ou elle regarde à travers vous comme si vous n’étiez qu’une vitre transparente, vos yeux ayant servi de support à l’envolée lyrique de votre poète du moment, qui en fin de compte s’est servi de vous pour embrayer son processus. Il ne vous voit plus, son regard voit quelque chose que nous ne voyons pas, que nous ne comprenons pas, son air tranquille est rassurant comme pour nous dire : « attends, tu vas tout comprendre, écoute, tu vas tout ressentir et tu verras – ce n’est plus moi qui parle c’est le génie de l’inspiration » ! Une sorte de dieu qui s’est épris de son corps, qui s’est glissé dedans et qui manipule l’esprit physique – les neurones de son cerveau, ses gestes, ses déplacements et ses cordes vocales, la voix tremblotante ou douce, tantôt montée dans les aigus, tantôt descendue dans des notes graves. La fureur se lit sur le visage, la tristesse, l’abattement, la désolation et le désespoir – la tête penchée, les mains jointes implorant comme une prière dans le vide pour un vœu, objet de son œuvre. Un vœu primordial pour le poète, mais insignifiant sans la moindre importance, la moindre attention et la moindre compassion de ceux qu’il oblige à l’écouter. Plus tard il dira : « ce n’est pas moi qui parle, c’est mon cœur, mon esprit, lorsque j’écris il me semble que Dieu mène ma main, j’écris sans comprendre, je vois les mots défiler sur le papier et je n’en ressens même pas le sens, ni la profondeur de leur signification sentimentale et c’est seulement à la relecture de ce que ma main a produit que j’éprouve une profonde angoisse et une énorme tristesse » ! « Allez, allez vous faire voir avec vos sornettes, vous ne voyez donc pas que vous nous ennuyez, ne voyez-vous pas l’air minable que vous venez de montrer de vous-même, vous devriez avoir la pudeur d’aller vous planquer et de ne pas insister à faire de la prolongation – vous autres poètes, vous êtes des lavettes avec vos lamentations, impudiques que vous êtes ! » – les femmes sont encore plus lamentables, mais à elles au moins on peut pardonner, elles sont plus faibles et plus sentimentales que les hommes qui bien souvent tout en étant poètes sont aussi des brutes costaudes ou efféminés. Alors à notre époque pour masquer le plus difficile, c’est-à-dire l’interprétation, la solution est dans la chansonnette sous toutes ses formes. Pourquoi pas après tout, l’humanité évolue selon les inspirations du moment et aussi l’acceptation après tri d’un jury, comme celui du public.

J’ai souvent été sceptique à l’encontre de la poésie, devant l’ennui qu’elle peut produire sur ceux qui écoutent ou ceux qui lisent, surtout la contemporaine la plus éclectique, saccadée et trop dispersée dans laquelle aucun lien ne paraît possible entre les mots, aberrante. La lassitude peut vite prendre le dessus et ne pas provoquer l’effet escompté par l’auteur. Et d’un autre côté je ne peux m’empêcher de confirmer qu’il peut y avoir quelque chose de mystérieux dans cette expression. Comment la magie des mots choisis et assemblés peut-elle agir sur notre être d’une manière incompréhensible, sur le ressenti le plus profond de nous-mêmes, en créant l’émotion. L’émotion qui étreint l’âme. Des mots qui décrivent mieux que des photos, des films et autres vecteurs d’enregistrements la description d’une situation, d’un être dans des détails qu’on ressent familièrement. Les mots créent les sentiments et les sentiments créent l’émotion, une émotion qui peut être individuelle ou comme par exemple lors d’une lecture commune lors d’une réunion ou d’une émission de télévision. « La grande librairie » permet d’entrevoir des événements inattendus qu’on ne va pas chercher soi-même. Chaque émission est étonnante avec des thèmes passionnants comme celle sur le cosmos avec des penseurs, puis l’astronaute Thomas Pesquet, et aussi Hubert Reeves avec des mots précis allant droit à la question posée, et comme celle sur la poésie avec professeur et écrivains dont l’étonnant et attachant académicien François Cheng qui en quatre quatrains définit le mystère et l’étrangeté de la poésie qui joint l’intérieur de l’être humain à l’univers et l’univers tout entier à l’être humain et aussi « la rupture » à la fin du temps imparti. A quatre vingt sept ans avec ses mots lents et pesés, il m’a paru le plus convaincant.




Brunoy et Yerres où coule un joli ruisseau

24112017

Le songe d’Anne de Kiev

Entre Brunoy et Yerres coule un joli petit ruisseau. Au bout de son parcours qu’il s’est tracé depuis quelques centaines de milliers d’années, par l’incessant ruissellement des eaux de pluie serpentant à travers les collines de part et d’autre et en provenance des plateaux de la Brie se trouve un lieu très ancien et mystérieux  : L’Abbaye d’Yerres, riche en histoire. Depuis le onzième siècle tous les rois et les reines y sont passés. C’est un endroit renfermant une autorité mystérieuse depuis le pape Léon IX. : La Mère supérieure-abbesse renouvelée inexorablement après chaque décès de la précédente jusque au vingtième siècle. Les mères supérieures-abbesses  transmettaient au seuil de leur mort quelques codes, secrets  et clés à leur successeur. Ainsi au début de son séjour à l’Abbaye une novice avait beaucoup de mal à s’endormir, puis quelques jours passant elle s’endormait paisiblement au son que fait le ruisseau en s’écoulant entre les pierres formant de petites cascades. Le matin c’était toujours au son harmonieux du ruisseau que la nonne se réveillait et elle l’appela  « le Réveillon ».

C’est en effet dans « Le songe d’Anne de Kiev » qu’on peut trouver cet extrait, aux Editions du Net

concernant des lieux du Val d’Yerres.

len/lesonged’annedekiev.fr

 




Orange messages frauduleux de chez Orange

6112017

ATTENTION   de nombreux correspondants parmi ma liste d’adresse e-mails ont reçu des messages frauduleux d’une adresse ressemblant à la mienne mais dont le fournisseur est ORANGE. Surtout ne pas prêter attention.

L’adresse frauduleuse est   wladimir.vostrikov@orange.fr    Cette adresse n’est pas la mienne et j’ai demandé à Orange de faire le nécessaire pour arrêter l’envoi frauduleux de message extravagants. En espérant qu’Orange voudra bien prendre note de ma demande, désolé pour le dérangement.
En effet ma liste de contact a été piratée ce matin, Si tu regardes l’adresse de l’expéditeur, le fournisseur d’accès est « Orange », hors je suis chez sfr. Sfr me disent qu’ils ne peuvent rien faire, j’ai donc demandé à Orange d’arrêter la plaisanterie. Je reçois des dizaines d’appels à cause d’un imbécile.

SFR  fait le nécessaire pour protéger ses abonnés et se met en contact avec les autres fournisseurs d’accès à internet. Je remercie SFR.




LYS EDITIONS AMATTEIS – Douce France, beau pays de mon enfance

25032015

Douce France, beau pays de mon enfance. Nostalgie du temps de l’enfance insouciante.

Cliquer sur ce lien, vous découvrirez les magnifiques ouvrages concernant les lieux où l’on aime se promener dans la région parisienne. Des histoires et de jolies illustrations délicates de l’Ile de France extrêmement riche en histoire. Des lieux de notre enfance

http://www.77livres.fr/index.php/ile-de-france/ile-de-france

salon des vieux papiers/dedicaces de Melun le 12 mars 2016




Musée aéronautique et spatial SAFRAN de Réau un endroit que j’aime

2122014

Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Musée aéronautique et spatial SAFRAN de Réau un endroit que j'aime dans Animaux respect et sauvegardeTraveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120Traveler DC 120MUSEE SAFRAN de REAU près Melun-Villaroche

Une splendeur des techniques françaises et européennes de l’aéronautique et de l’espace près de tous les habitants de l’Ile de France

Ne jamais omettre un génie né au dix neuvième siècle et décédé en 1935 : Constantin Tsiolkovski, c’est lui le plus grand de tous les concepteurs en avance sur son temps, il avait tout préparé et conçu des stratagèmes qui avaient donné des idées réalisées par Von Braun dès les premières fusées (déjà inventées il y a très longtemps par les Chinois). Son portrait est le premier de la série des génies de l’aéronautique et de l’aérospatiale du magnifique Musée SAFRAN de Réau, Melun-Villaroche. Avant eux, les précurseur de l’aviation, ceux qui avaient osé affronter la force permettant aux avions de planer dans l’atmosphère en ayant eu totalement confiance en la surface planaire de leur engin savamment conçu, fragile et difficilement maniable qu’il fallait d’abord avoir eu la témérité et le courage de maitriser – les fous volants.
Au Musée SAFRAN les moteurs d’avion avec leur hélice de SEPT CYLINDRES, puis de NEUF CYLINDRES et beaucoup plus jusqu’aux moteurs en ligne, les réacteurs d’avions de chasse, un réacteur de CONCORDE, réacteur d’un Boeing 737 dont la construction se fait parallèlement conjointement aux USA et à la SNECMA – tous ces engins d’une complexité incroyable avec leurs tuyaux, tuyères, clapets, volets, turbopompes, fils éblouis par des projecteurs rouges, bleus, verts dans la pénombre, un mystérieux étonnement envahit le visiteur et lui donne le tournis. Dans les salles de fond après les innombrables motos toutes aussi étonnantes, les moteurs de fusées. Ariane-4 avec son premier étage à 4 moteurs tuyères dont le fonctionnement ne dure que seulement 7 minutes et 10 secondes alors que les deux boosters allumés simultanément ne durent que 6 minutes et deux secondes avant de retomber vers la surface de la terre. A 115km d’altitude le premier étage se détache et retombe également sur terre, le deux deuxième étage « Moteur Vulcain » continue l’ascension à 1.5km/sec jusqu’à 200km d’altitude. Après, c’est le jeu d’acquisition des orbites. Ariane-5 avec ses deux boosters – puis écrans avec les explications du fonctionnement des moteurs ioniques et tant d’autres choses passionnantes avec des messieurs comme Jean-Pierre Livy qui expliquent d’une manière vivante la passion qu’ils ont depuis toujours. Ah oui, les boosters contiennent un comburant « poudre » tandis que dans le moteur numéro « 1″ il s’agit d’un système dit « cryogénique » car les gros réservoirs contiennent les ergols suivants: de l’hydrogène liquide LH2 à -250° celsius et de l’oxygène liquide LOX à -180° celsius. Les deux composants savamment dosés donnent une impulsion à la fusée l’équivalent au même moment de la puissance d’une centrale nucléaire. J’y vais et j’y retourne !

Les titres suivants disponibles:

http://www.leseditionsdunet.fr/

 

Le projet Vladikite
Le songe d’Anne de Kiev
Fin du monde à Bugarach
Conceptions cosmologiques – essai
Mars conquête décisive




La solution sera t-elle d’aller explorer les planètes habitables de la Galaxie

29082014

Mars n’est pas une exoplanète. Dans « Mars conquête décisive » – ils ont trouvé l’eau, mais il faut la filtrer, la travailler.
Certainement que non pour les exoplanètes, c’est tentant mais simplement impossible et pour toujours. Il faut se contenter de notre Terre qui est magnifique.

150% des resources terriennes utilisées, consommées, exploitées en 2014
Une solution logique est d’aller voir ailleurs les possibilités du futur. Mais où, la réponse est les planètes qui ressembelent à la Terre. Tout a commencé avec la Lune et continue avec Mars qui est une planète difficile. Il existe dans notre galaxie des centaines de planètes à juste distance autour de leur étoile qui pourraient abriter les terriens et la vie.
Mars conquête décisive est le début de cette aventure d’exploration spatiale.

Un roman d’aventure spatiale avec deux Européens, trois Américains et trois Russes. Huit astronautes, cosmonautes, spationautes selon les nations concernées. Une aventure logique, avec du matériel et des équipements fiables que le génie humain a su concevoir. Une stratégie logistique rigoureuse, des calculs précis, des dômmages inexistants tout cela fait que les voyageurs à l’intérieur du système solaire vont à l’aventure et en reviennent, pas comme certains théoriciens qui préconisent un voyage aller sans retour, sans d’ailleurs en expliquer les raisons.

Mars conquête décisive est une aventure qui permet maintenant de travailler sur des projets vers des destinations bien plus lointaines, et celles-là sans retour possible, pour sauver une petite partie de l’humanité, pour que cette intelligence ne disparaisse pas. Des menaces font craindre aux terriens le pire: surpopulation, guerres, famines, surexploitation des resources naturelles.

En 2014 les resources terrestres ont été utilisées, consommées exploitées à raison de 150% des réserves et des productions ! Est-il déjà trop tard pour les sept milliard cinq cent millions de terriens?

Mais mon blog: vladex.unblog.fr en dit beaucoup plus !
Par internet ou vladex@sfr.fr chèque 21 euros port compris







Lusopholie |
Wladimir Vostrikov - France |
Si c'est ailleurs ,c'est ici. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Critica
| Dolunay
| "Le Dernier Carré"