Notre Planète, devenir jardinier pour la protéger

15032019

Notre Planète, devenir jardinier pour la protéger
16
03
2019
Pour notre Planète, la seule solution est de la protéger, améliorer les choses, écouter et lire les spécialistes qui consacrent tout leur temps à étudier l’état de notre Terre dans tous les détails. Ces spécialistes décrivent comment la Terre s’est formée il y a plus de 4,5 milliards d’années – de petites, très petites particules sillonnaient le cosmos incandescent après le Big Bang et la « grande inflation » des 380,000 années, ces particules basiques à partir de l’hydrogène, de l’hélium éléments primitifs ont peu à peu, doucement, sans commune mesure avec le scénario qui avait précédé se sont transformés par la nucléosynthèse en fer et en silicates. Ces infimes poussières s’étaient mélangées aux gaz dans les nébuleuses disparates en pleine expansion et s’étaient agglomérées à d’autres pour former des objets de plus en plus gros, puis planétésimaux et astéroïdes tout cela a convergé en grande quantité pour former les étoiles très chaudes par des processus nucléaires que décrivent les savants. Des milliards d’étoiles s’étaient réalisées, elles ont explosé, de la matière incandescente s’était propagée à travers le cosmos, des accrétions se sont réalisées pendant que les étoiles explosaient en supernovaes et devenaient des géantes ou des naines rouges, d’autres restaient en pleine activité et règnent dans l’univers changeant, pour les milliards d’années à venir – tout autour des planètes gravitent, toutes trop près ou trop loin de leur étoile empêchant ainsi toute forme de vie d’apparaître.

Les scientifiques, cosmologistes astrophysiciens explorent l’univers, font des expériences en laboratoire, le moindre élément constituant la plus basique des formes d’un début de vie n’est ni visible dans l’univers, ni envisagé selon les mathématiques dans notre environnement immédiat dans la Voie lactée, autre-part encore moins. Les scientifiques astrophysiciens, anthropologues, cosmologistes, astronomes, chimistes et physiciens sont convaincus qu’aller vivre ailleurs dans l’univers est insensé – de petites visites de courte durée seront possibles, mais ceux qui rêveront de s’installer sur Mars ou un satellite de Jupiter ou de Saturne sauront d’avance qu’il s’agira d’un « aller simple » sans espoir de retour. On a rien à faire ailleurs, la seule solution est ici, sur notre bonne vieille Terre. La vie est apparue sur terre mais peut-être nulle part ailleurs, il faut s’en tenir aux affirmations d’Enrico Fermi « qu’à coups de neutrons on peut désintégrer les atomes » mais d’extraterrestres, « tant qu’on les a pas vus, ils n’existent pas » et l’on pourrait ajouter « tant qu’on n’a pas déterminé de la vie ailleurs, c’est qu’il n’y en pas » même si on trouve un élément basique aux acides aminés, qu’ils appellent « glycine ». Si évoluée est la vie sur terre et unique, sans espoir d’ailleurs, une seule chose reste à faire, c’est la préserver. Les jeunes l’ont compris car il s’agit de leur avenir. Les industriels de tous pays doivent se résoudre à limiter les pollutions, les limiter drastiquement, car on sait que les arrêter n’est point possible, c’est le moindre geste qu’on attend d’eux pour l’avenir de l’humanité et de la beauté de notre planète.

La vie existe peut-être ailleurs, même sous des formes qu’on a peine à imaginer ou semblable à ce que nous connaissons sur Terre, mais loin, très loin dans d’autres galaxies car par un simple calcul de probabilité la distance entre une planète et son soleil peut ressembler à celle qui sépare Terre du Soleil, puisqu’il y aurait des milliards d’étoiles type soleil et d’autant plus de planètes type Terre dans des systèmes stellaires comme le nôtre. M31, la galaxie d’Andromède pourrait fort bien contenir des systèmes comme le système solaire, d’autant plus qu’elle est plus grande, mais tout de même éloignée de 2,3 millions d’années-lumière, distance inatteignable malgré que les astronomes prévoient dans quelques millions d’années la collision entre nos deux galaxies dans un mélange non catastrophique qui se fera en douceur, chaque planète serait épargnée. Chaque être humain laisse quelque chose sur Terre, qui l’imprègne dans l’éternité, mais son séjour ici bas est bien court.

Dans quelques jours j’aurai la joie de rencontrer le cosmonaute russe Guennady Padalka celui qui détient le record de durée de séjour dans l’espace, lui et tous les autres se sont extasiés devant la beauté de notre Terre devant le froid et le vide noir du cosmos, tous l’ont trouvée fragile – à nous tous de la protéger, toutes les initiatives sont admirables et nombreuses peuvent aussi être créatrices d’emplois. Devenir « jardinier » de notre Terre. Cultiver, nettoyer, arranger, stopper les mauvaises habitudes, semer, planter, diminuer les pollutions, arrêter la propagation de tous les poisons, diminuer l’explosion démographique et instaurer le respect des uns envers les autres et aussi le respect envers les animaux.

p.s.: j’ajoute aussi cette réflexion sur l’autre blog car c’est dans le fil de l’actualité d’aujourd’hui le 15 mars et du 16 mars journées de manifestation des étudiants et de demain de la manifestation mondiale pour l’écologie et la sauvegarde de notre planète Terre.




D’où vient le nom de mon village

17122018

01222 les noms de lieux 77 300

Aller sur le site: 77/livres.fr

Les Editions « Lys Amatteis » 

pour débusquer les livres sur les villages que vous connaissez, où peut-être vous êtes né, ou peut-être où vous habitez. Des trésors à découvrir sur les hameaux, les villages, les villes et leur histoire citadine ou paysanne des départements privilégiés par Lys Editions Amatteis que sont « la Seine et Marne » et aussi ‘l »Essonne ».

L’histoire des chemins de fer et des gares  en Essonne avec : « 150 ans de chemin de fer en Essonne » de Roger Bailly.

et aussi :

Le manuel sur les Pionniers de l’Aviation « La belle époque des pionniers de Port Aviation » de Francis Bedei et Jean Molveau.




Illuminations au Jardin des Plantes à Paris

11122018

 

« Illuminations » au Jardin des Plantes du MNHN

 

Ce sont de splendides représentations d’animaux les plus spectaculaires de notre planète, y sont inclus aussi quelques spécimens préhistoriques dès l’entrée. C’est très joli à voir surtout pour les enfants en cette période de fêtes de fin d’année. « Illuminations » la nuit impressionnantes surtout lorsqu’on les voit à une certaine distance sans encore entrer à l’intérieur du jardin, mais impressionnantes aussi en plein jour car bien que légères et délicates en papier très fin ces figurines illuminent par leurs couleurs chatoyantes. Comment ne pas être sensibilisé par cet effort des artistes qui font tout pour démontrer la nécessité de préserver la nature dans sa splendeur réelle, par leurs œuvres gigantesques impressionnantes.

Portique de l’entrée du Jardin et toute la suite :

Photo-0215 animaux préhistoriques invitent le public à l'entrée du Jardin des Plantes du MNHN de Paris 2018

Photo-0202Photo-0203 ours MNHN jardinPhoto-0204 Bisons MNHN jardinPhoto-0205 beaux oiseaux exoyiques MNHN jardiçnPhoto-0206 arbre mystérieux bleu jardin des plantesPhoto-0212 le DODO de l'Île Maurice Jarin des Plantes ParisPhoto-0213 mammouth et éléphant Jardin des Plantes MNHN ParisPhoto-0214tigre et aigle jardin des Plantes Paris

Marguerites avec papillons – famille d’ours bruns – arbre schtroumpf -  Oiseau « Dodo » de l’ïle Maurice mangé jusqu’au dernier – Mammouth et éléphant – Tigre de Sibérie et aigle royal…




Le football à Moscou

6062018

l’administration municipale de Moscou a fait exterminé, tué les pauvres chiens qui avaient pour habitude de se mettre sur la plate bande du milieu de la route qui mène de la capitale à l’aéroport de Moscou-Sheremetyevo, pour des spectateurs qui vont venir de loin voir du foot des mrcs taper dans une boule. Les chiens s’amusent aussi en faisant du foot, eux aussi savent jouer, mais ils ne font du mal à personne. De braves personnes russes, qui n’ont jamais eu que gentillesse dans l’âme, dans cette fameuse âme russe, celle de l’amour du prochain, celle de l’amour envers les animaux, l’amour pour la vie et la compassion, leurs donnaient à manger tout ce qu’elles pouvaient comme les braves personnes qui donnent à manger aux chats des rues que des âmes mortes ont abandonnés. Les bornés du foot, soûlards de buts approuvés ou non prendront le « Leninsky prospect » et ne verront aucun clébard parce que les braves russes que l’administration possède, les cruels, parce qu’en Russie il y en a, les ont gazés ou tués à coups de bâton les ordures criminelles.  J’aime la Russie et bien d’autres pays mais pas ce que l’administration a fait pour les aficionados du foot et je plains les personnes tristes au bon cœur qui ne verront plus  leurs protégés, petits, grands, racés, poilus, à poils ras, barbus, queue longue ou courte, oreilles droites ou pendantes sur le « Leninsky prospect » jusqu’à Shermetyevo.

 




Album peintures huiles de Wladimir

13032018

 

IMGP0314

Cascade enchantée 60×80

  Certaines peintures sont de dimensions 40×50 d’autres 60×120. la troisième avant dernière est petite 20×35. Les deux dernières sont des portions d’une fresque de 200×50. Par exemple le Canigou avec les pêchers en fleurs est petit 20×30. Les oies sauvages survolent les tournesols 120×80

  Les montagnes sont inspirées ou celles de la Haute Savoie, d’autres d’inspiration des Albères des Pyrénées Orientales.

IMGP0317

Les contreforts dans le massif du Mont Blanc et le Giffre  80×60

 IMGP0320

Des vaches paissent sur le Môle  65×40

 

IMGP0321

Un petit bouquet de fleurs des champs de Juin 20×35

 

IMGP0323

Statue de « La Brise » qu’on dit, la mal aimée – quartier des Eaux Vives petit port de Genève rive gauche,   gouache 60×45

IMGP0327

Mont Blanc vu au-dessus de l’Arve  42×35

IMGP0328

Le Giffre, et herbes sauvages 60×80

IMGP0329

Pommiers au printemps dans les Voirons, au-dessus d’Annemasse  70×60

 

IMGP0331

Vue de chez nous sur les abricotiers en fleurs, devant les Albères 70×60

IMGP0333

Pâturages en Haute Savoie 50×40

IMGP0338

Le Mon Blanc, un lac des Bossons 60x40

 

IMGP0340

En haut du Salève  40×30

IMGP0343

Les oies sauvages survolent les tournesols 120×80

IMGP0345

Embarcadère des Pâquis, quai du Mont Blanc à Genève, en face les Voirons 60×40 

IMGP0348

Dans la vallée enneigée du Praz de Lys (1975) 60×45

 

IMGP0367

L’Aiguille verte Haute Savoie 60×45

 

IMGP0354

Le Canigou, le Tech, au bord des pêchers en fleurs 30×25

 

IMGP0359

Fresque à restaurer 200×50 vue des Albères à partir de la plage de la  Méditerranée. Argelès / Elne P.O.

IMGP0371

Baie de Collioure 25×35 (restauration)

IMGP0374

Jardin et bassin aux poissons rouges Boussy 50×30

IMGP0377

Myriade de fleurs pour Hélène 80×60

IMGP0378

Ruisseau de montagne 60×40

IMGP0379

Hameau de haute montagne, sans électricité 40×30

IMGP0380

Vue sur l’océan à travers pins 80×60

IMGP0381

L’Arve coule au pied du Salève 60×40

IMGP0383

Paysage de Brie en automne  70×40

D’autres suivront…




Les régions Île de France et Roussillon

1032017

 

77livres.fr

Lys Éditions Amatteis, un site exceptionnel concernant d’innombrables ouvrages dédiés à l’ïle de France. Les villes, les villages de Seine et Marne et aussi des autres départements entourant Paris. Des descriptions historiques, poétiques souvent des décennies passées, qui font resurgir une nostalgie, celle des campagnes qui disparaissent peu à peu dont nos souvenirs personnels retrouvent la réalité chaleureuse de notre jeunesse et de notre enfance. Les illustrations souvent aquarelles, pastelles ou huile enrichissent la découverte de lieux familiers. C’est étrange comme cette approche des contrées crée une douce atmosphère.

Chaque région a son charme et j’aime tellement la Catalogne que j’en apprendrais bien le Catala !

J’aime  me promener sur les chemins de terre à travers champs et prairies, à travers les roseaux et les bosquets, en longeant quelques routes où l’on doit arrêter les voitures, le passage à guet des ruisseaux. Les moutons courent , s’arrêtent, les chiens les surveillent – aucun ordre à leur donner, les chiens savent parfaitement ce qu’ils ont à faire – ranger les moutons en un long rang et les surveiller des intrus. Les chiens courent tout le temps de la tête du troupeau à la queue, si quelques bêtes se retrouvent dans les ravines les chiens viennent leur donner des coups de museau entre les pattes pour les faire remonter sur le chemin et les moutons se sauvent prestement, la promenade continue jusqu’au retour à la bergerie d’Eric – tout le parcours sous un soleil de plomb ou sous la pluie à l’approche de l’orage, entre les collines des Albères des montagnes pyrénéennes et la mer Méditerranée aux plages envahies « d’estivants » comme on dit ici, en été.

 

IMGP0006-wladimir-vostrikovfin-du-monde-a-bugarach-wladimir-vostrikov




La solution sera t-elle d’aller explorer les planètes habitables de la Galaxie

29082014

Mars n’est pas une exoplanète. Dans « Mars conquête décisive » – ils ont trouvé l’eau, mais il faut la filtrer, la travailler.
Certainement que non pour les exoplanètes, c’est tentant mais simplement impossible et pour toujours. Il faut se contenter de notre Terre qui est magnifique.

150% des resources terriennes utilisées, consommées, exploitées en 2014
Une solution logique est d’aller voir ailleurs les possibilités du futur. Mais où, la réponse est les planètes qui ressembelent à la Terre. Tout a commencé avec la Lune et continue avec Mars qui est une planète difficile. Il existe dans notre galaxie des centaines de planètes à juste distance autour de leur étoile qui pourraient abriter les terriens et la vie.
Mars conquête décisive est le début de cette aventure d’exploration spatiale.

Un roman d’aventure spatiale avec deux Européens, trois Américains et trois Russes. Huit astronautes, cosmonautes, spationautes selon les nations concernées. Une aventure logique, avec du matériel et des équipements fiables que le génie humain a su concevoir. Une stratégie logistique rigoureuse, des calculs précis, des dômmages inexistants tout cela fait que les voyageurs à l’intérieur du système solaire vont à l’aventure et en reviennent, pas comme certains théoriciens qui préconisent un voyage aller sans retour, sans d’ailleurs en expliquer les raisons.

Mars conquête décisive est une aventure qui permet maintenant de travailler sur des projets vers des destinations bien plus lointaines, et celles-là sans retour possible, pour sauver une petite partie de l’humanité, pour que cette intelligence ne disparaisse pas. Des menaces font craindre aux terriens le pire: surpopulation, guerres, famines, surexploitation des resources naturelles.

En 2014 les resources terrestres ont été utilisées, consommées exploitées à raison de 150% des réserves et des productions ! Est-il déjà trop tard pour les sept milliard cinq cent millions de terriens?

Mais mon blog: vladex.unblog.fr en dit beaucoup plus !
Par internet ou vladex@sfr.fr chèque 21 euros port compris







Secrétaire-Chsct-Crns |
Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | µTime
| Boîte à idées
| souvenirs