• Accueil
  • > conquête de la planète Mars

Notre Planète, devenir jardinier pour la protéger

15032019

Notre Planète, devenir jardinier pour la protéger
16
03
2019
Pour notre Planète, la seule solution est de la protéger, améliorer les choses, écouter et lire les spécialistes qui consacrent tout leur temps à étudier l’état de notre Terre dans tous les détails. Ces spécialistes décrivent comment la Terre s’est formée il y a plus de 4,5 milliards d’années – de petites, très petites particules sillonnaient le cosmos incandescent après le Big Bang et la « grande inflation » des 380,000 années, ces particules basiques à partir de l’hydrogène, de l’hélium éléments primitifs ont peu à peu, doucement, sans commune mesure avec le scénario qui avait précédé se sont transformés par la nucléosynthèse en fer et en silicates. Ces infimes poussières s’étaient mélangées aux gaz dans les nébuleuses disparates en pleine expansion et s’étaient agglomérées à d’autres pour former des objets de plus en plus gros, puis planétésimaux et astéroïdes tout cela a convergé en grande quantité pour former les étoiles très chaudes par des processus nucléaires que décrivent les savants. Des milliards d’étoiles s’étaient réalisées, elles ont explosé, de la matière incandescente s’était propagée à travers le cosmos, des accrétions se sont réalisées pendant que les étoiles explosaient en supernovaes et devenaient des géantes ou des naines rouges, d’autres restaient en pleine activité et règnent dans l’univers changeant, pour les milliards d’années à venir – tout autour des planètes gravitent, toutes trop près ou trop loin de leur étoile empêchant ainsi toute forme de vie d’apparaître.

Les scientifiques, cosmologistes astrophysiciens explorent l’univers, font des expériences en laboratoire, le moindre élément constituant la plus basique des formes d’un début de vie n’est ni visible dans l’univers, ni envisagé selon les mathématiques dans notre environnement immédiat dans la Voie lactée, autre-part encore moins. Les scientifiques astrophysiciens, anthropologues, cosmologistes, astronomes, chimistes et physiciens sont convaincus qu’aller vivre ailleurs dans l’univers est insensé – de petites visites de courte durée seront possibles, mais ceux qui rêveront de s’installer sur Mars ou un satellite de Jupiter ou de Saturne sauront d’avance qu’il s’agira d’un « aller simple » sans espoir de retour. On a rien à faire ailleurs, la seule solution est ici, sur notre bonne vieille Terre. La vie est apparue sur terre mais peut-être nulle part ailleurs, il faut s’en tenir aux affirmations d’Enrico Fermi « qu’à coups de neutrons on peut désintégrer les atomes » mais d’extraterrestres, « tant qu’on les a pas vus, ils n’existent pas » et l’on pourrait ajouter « tant qu’on n’a pas déterminé de la vie ailleurs, c’est qu’il n’y en pas » même si on trouve un élément basique aux acides aminés, qu’ils appellent « glycine ». Si évoluée est la vie sur terre et unique, sans espoir d’ailleurs, une seule chose reste à faire, c’est la préserver. Les jeunes l’ont compris car il s’agit de leur avenir. Les industriels de tous pays doivent se résoudre à limiter les pollutions, les limiter drastiquement, car on sait que les arrêter n’est point possible, c’est le moindre geste qu’on attend d’eux pour l’avenir de l’humanité et de la beauté de notre planète.

La vie existe peut-être ailleurs, même sous des formes qu’on a peine à imaginer ou semblable à ce que nous connaissons sur Terre, mais loin, très loin dans d’autres galaxies car par un simple calcul de probabilité la distance entre une planète et son soleil peut ressembler à celle qui sépare Terre du Soleil, puisqu’il y aurait des milliards d’étoiles type soleil et d’autant plus de planètes type Terre dans des systèmes stellaires comme le nôtre. M31, la galaxie d’Andromède pourrait fort bien contenir des systèmes comme le système solaire, d’autant plus qu’elle est plus grande, mais tout de même éloignée de 2,3 millions d’années-lumière, distance inatteignable malgré que les astronomes prévoient dans quelques millions d’années la collision entre nos deux galaxies dans un mélange non catastrophique qui se fera en douceur, chaque planète serait épargnée. Chaque être humain laisse quelque chose sur Terre, qui l’imprègne dans l’éternité, mais son séjour ici bas est bien court.

Dans quelques jours j’aurai la joie de rencontrer le cosmonaute russe Guennady Padalka celui qui détient le record de durée de séjour dans l’espace, lui et tous les autres se sont extasiés devant la beauté de notre Terre devant le froid et le vide noir du cosmos, tous l’ont trouvée fragile – à nous tous de la protéger, toutes les initiatives sont admirables et nombreuses peuvent aussi être créatrices d’emplois. Devenir « jardinier » de notre Terre. Cultiver, nettoyer, arranger, stopper les mauvaises habitudes, semer, planter, diminuer les pollutions, arrêter la propagation de tous les poisons, diminuer l’explosion démographique et instaurer le respect des uns envers les autres et aussi le respect envers les animaux.

p.s.: j’ajoute aussi cette réflexion sur l’autre blog car c’est dans le fil de l’actualité d’aujourd’hui le 15 mars et du 16 mars journées de manifestation des étudiants et de demain de la manifestation mondiale pour l’écologie et la sauvegarde de notre planète Terre.




Un nom prédestiné, Zalyotine

30062018

IMGP0418 avec Sergueï Zalyotine cosmonauteLe nom de « Zalyotine » en russe veut dire « l’envolé » (celui qui s’est envolé). Son nom n’était que son nom véritable, pas du tout un pseudonyme, mais ses collègues cosmonautes lui avaient fait bien souvent la remarque, que « l’Envolé » avait un rêve depuis son enfance de justement s’envoler, (comme le rêve d’Icare), mais que Zalyotine l’avait réalisé jusque dans le cosmos, dans lequel il s’était rendu à plusieurs reprises, dont le dernier sur « MIR ». Un nom vraiment prédestiné.

Pilote de chasse du plus haut niveau Sergueï Zalyotine est aussi Député de sa région auprès de la Douma de Moscou. De l’avoir écouté et rencontré une impression de sagesse et de grande bonté se dégage de ce personnage opiniâtre et téméraire à l’extrême.

Wladimir




Ce que j’écris

23062018

                                                               IMG_9888a autre photo Wlad verticale pour quatrième lulu

 

IMGP0331

 

Установка на ПУ

 

J’écris sur ce qui passionne surtout la jeunesse, les autres aussi mais à notre époque ce sont bien les jeunes gens et les jeunes filles qui croient dans les avancées du futur.

Aux intrépides j’ai écrit ce roman, une histoire complète de la conquête spatiale de notre époque et projection de son avancement jusqu’en 2030. On peut aisément faire un film d’aventure de cette histoire, une aventure spatiale mais sans flashes répétés incompréhensibles comme pour les jeux vidéo, car il s’agit d’une histoire humaine dans laquelle la réflexion et la concentration priment avant tout.

Roman – Voyages dans de nombreux pays – Construction aérospatiales – Voyages sur la planète Mars – Station géostationnaire – Stations spatiales de Kourou, Falaise Crevaux, Houston, Plessetsk, Baïkonour. – Nombreux pays impliqués dans une aventure qui se déroulera probablement selon cette vision de l’avenir spatial au niveau mondial.

 

IMGP0367

 

 




Librairie Chauvelin à Corbeil, y aller

27052018

 

Une charmante Librairie, agencée avec goût et délicatesse

 

On peut y commander:

N S E A  allers et retours spatiaux

un ouvrage en accord avec l’année 2018, l’année exceptionnelles de l’opposition de Mars du 27 juillet dernier. Mars que l’on voit chaque soir et qu’on pourra encore voir voir dans le ciel du sud jusqu’à la fin de cette année. Mars qui fait tellement parler d’elle, Mars planète exceptionnelle de notre système solaire, Mars la plus proche de la Terre par la distance et ses caractéristiques voisines de la Terre – sauf quelques « détails » à régler comme la terraformation ou l’organisation d’une vie à sa surface ou dans ses cavernes, Mars une planète qui peut accueillir la vie, des humains pour une grande aventure que nous réserve le futur – C’est déjà toute une aventure d’y parvenir et d’en revenir pour le débriefing avant une installation pérenne. Lisez « NSEA allers et retours spatiaux »  à se procurer auprès de la Librairie Chauvelin à Corbeil., place Saint Léonard.




Voyages spatiaux roman d’aventure

18012018

001

NSEA-couverture-335_99x234_92 (1)

NSEA Allers et retours spatiaux – est un roman de science fiction aux techniques fiables contemporaines. A notre époque il est possible d’aller comme cela avait été largement prouvé avec le programme  »Apollo » sur notre satellite la Lune, à plusieurs reprises, mais les techniques actuelles permettent depuis des années de s’aventurer jusqu’à Mars. Les seules obstacles semblent être les financements. Il s’agit d’une aventure à travers le monde, notre Terre qui s’étend jusqu’à la planète rouge. Les buts de l’avenir seront de conquérir une exoplanète, les humains s’y préparent. Les idées du génie des hommes sont insoupçonnables – fusées, vaisseaux, modules, moteurs ioniques, moteurs nucléaires, station géostationnaire orbitale autour de la Terre, stations lunaire. Mais le temps est le problème principal et vient ensuite l’endurance physique et mentale des hommes. De toute façon il faudra bien un jour trouver des solutions face au surpeuplement de notre planète et préserver une partie de l’humanité en s’expatriant très loin dans le cosmos…

Editeur: Lys Editions Amatteis – France
ISBN 978 2 86849 302 6    janvier 2018 – 430 pages amusantes…

Cliquer sur:

 https://www.77livres.fr/index.php/listes-2017/nsea-allers-et-retours-spaciaux







Secrétaire-Chsct-Crns |
Communication NonViolente -... |
ma vision des choses!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | µTime
| Boîte à idées
| souvenirs