Archive pour la catégorie 'Bugarach'

Un théâtre russe à Paris

21 avril, 2017

Un extraordinaire moment passé au Centre de la Russie pour la Science et la Culture à Paris, avec la participation du théâtre de la ville de Vladimir, lors du Festival du Théâtre Russe auprès de la Tour Eiffel à Paris. La pièce « Andréï Bogolubski, le Prince constructeur » est un véritable chef-d’oeuvre de la même trempe que les pièces de Corneille, Racine et Shakespeare. Le Théâtre russe devrait être sollicité davantage dans des pays comme la France et les autres pays européens, tout comme les troupes françaises lorsqu’elles se rendent en Russie et où elles remportent un énorme succès. Un monsieur dans l’interview affirme: « je ne comprends pas le russe, mais j’ai tout compris » –  grâce à l’éloquence des artistes. Wladimir quant à lui confirme que les spectacles russes remportent en France toujours un véritable succès.

 

Le spectacle du théâtre de Vladimir « Andrei Bogoliubsky »  vu au Centre de Russie à Paris.

https://www.youtube.com/watch?v=UAOYHm_qbeM

http://artistchannel.ru/у-эйфелевой-башни/

 

la « Couloumine Sant Marti »

1 mars, 2017

 

77livres.fr

Lys Éditions Amatteis, un site exceptionnel concernant d’innombrables ouvrages dédiés à l’ïle de France. Les villes, les villages de Seine et Marne et aussi des autres départements entourant Paris. Des descriptions historiques, poétiques souvent des décennies passées, qui font resurgir une nostalgie, celle des campagnes qui disparaissent peu à peu dont nos souvenirs personnels retrouvent la réalité chaleureuse de notre jeunesse et de notre enfance. Les illustrations souvent aquarelles, pastelles ou huile enrichissent la découverte de lieux familiers. C’est étrange comme cette approche des contrées de l’Île de France crée une douce atmosphère.

Chaque région a son charme et j’aime tellement la Catalogne que j’en apprendrais bien le Catala !

J’aime bien me promener sur les chemins de terre à travers champs et prairies, à travers les roseaux et les bosquets, en longeant quelques routes où l’on doit arrêter les voitures, le passage à guet des ruisseaux. Les moutons courent , s’arrêtent, les chiens les surveillent – aucun ordre à leur donner, les chiens savent parfaitement ce qu’ils ont à faire – ranger les moutons en un long rang et surveiller des intrus. Les chiens courent tout le temps de la tête du troupeau à la queue, si quelques bêtes se retrouvent dans les ravines les chiens viennent leur donner des coups de museau entre les pattes et les moutons se sauvent prestement, la promenade continue jusqu’au retour à la bergerie – tout le parcours sous un soleil de plomb entre les collines des Albères des montagnes pyrénéennes et la mer Méditerranée aux plages envahies de touristes comme on dit ici.

 

IMGP0006-wladimir-vostrikovfin-du-monde-a-bugarach-wladimir-vostrikov

Il y a 100 ans RASPOUTINE et maintenant

17 décembre, 2016

Vladimir Feodorovski parle de Raspoutine comme ma mère nous le racontait, sans la haine de nombreux Russes de tous les bords et les autres. A cette époque du début du vingtième siècle, la Russie avant la Révolution était un pays très évolué, très en avance sur les autres pays développés du monde comme en Europe, mais aussi plus avancé que les Etats Unis. Je suis content d’avoir entendu ma famille dire cela il y a déjà bien longtemps, puisqu’ils ont tous disparu nous relater ces faits historiques, qui ont toujours été dans ma mémoire depuis.

Je savais ce que raconte le merveilleux conteur Vladimir Feodorovski, à part le complot fomenté avec l’aide d’une femme extraordinaire contre Lénine. Je suis content qu’il parle de Raspoutine comme j’aime l’entendre. Certaines de ces choses seront aussi racontées dans mon livre biographique « Les eaux mêlées d’Azov » que je ne publie pas pour l’instant.

Je me souviens, jeune homme avoir vu et à de nombreuses reprises, sans jamais lui parler, le prince Félix Youssoupov dans les années cinquante à des fêtes de l’ancienne communauté orthodoxe russe à Paris. Il était de grande taille, mince cheveux à peine gris peignés en arrière, il était toujours seul, droit et fier. Je le regardais comme une figure qui avait marqué l’histoire du pays de mes parents, mais bien plus tard je sus qu’il avait tiré dans le dos de Grégori Raspoutine en le blessant seulement. Raspoutine s’était relevé et les nombreux coups de revolver venaient des autres participants de la fête macabre du rez-de-chaussée du palais de Félix Youssoupov à Saint Petersbourg. Youssoupov tout de même effarouché de ce qu’il venait de faire laissa les autres achever leur funeste projet pas tout à fait accompli, car Raspoutine criblé de balles vivait encore lorsqu’ils l’avaient précipité dans le canal gelé aboutissant à la Néva. Une certaine version avance que si Raspoutine n’avait pas été éliminé, le cours de l’histoire de la Russie aurait pris une direction bien plus radieuse pour tous. Personnellement et d’après de nombreuses lectures à son sujet, je pense que Raspoutine n’a jamais violé une femme et qu’il avait ranimé la jeune fille Wyburova lorsqu’elle était tombée en hurlant de toutes ses forces son prénom. Si femmes il y avaient dans son entourage, c’est parce qu’il avait le magnétisme qu’on lui attribue et ce magnétisme les intriguait et les fascinait comme il fascinait l’impératrice Alexandra. Il ne faut surtout pas croire la bassesse des propos des langues mal pendues au sujet des relations entre elle et le starasta. Starasta en russe veut dire tout aussi bien moine, qu’il n’était pas que mage qu’assurément il était. Raspoutine avait prédit avec justesse que pendant vingt cinq années après sa mort suivrait une époque dramatique pour la Russie – n’était-ce pas vrai de 1916 à 1941 ?  En tout cas c’est ce que nous racontaient les membres de ma famille. La Russie si selon la prédiction de Raspoutine n’avait pas connu cet effroyable épisode concernant aussi la liquidation cruelle du tsar et de sa famille, aurait pu tout simplement devenir un empire à la monarchie constitutionnelle. La Russie aurait peut-être été plus libre et riche et serait beaucoup plus peuplée.

Néanmoins la Russie est un énorme pays, le plus grand de la planète et une grande puissance. Critiquer un pays c’est dans la nature des choses, mais le monde ne peut pas nier que 84% des Russes soutiennent leur président. Une chose qu’on doit admettre est que le patriotisme est une valeur forte dans ce pays.

Le 16 décembre 1916 (ancien calendrier).

Le 16 décembre 2016 – il y a cent ans que Grigori Raspoutine a été assassiné.

Pour la numérologie: 16.12.2016 = 1.666
Wladimir Vostrikov

Сделать перевод на русский язык

LYS EDITIONS AMATTEIS – Douce France, beau pays de mon enfance

25 mars, 2015

Douce France, beau pays de mon enfance. Nostalgie du temps de l’enfance insouciante.

Cliquer sur ce lien, vous découvrirez les magnifiques ouvrages concernant les lieux où l’on aime se promener dans la région parisienne. Des histoires et de jolies illustrations délicates de l’Ile de France extrêmement riche en histoire. Des lieux de notre enfance

http://www.77livres.fr/index.php/ile-de-france/ile-de-france

salon des vieux papiers/dedicaces de Melun le 12 mars 2016

Sapin du parvis Notre Dame de Paris et plug de Vendôme

25 novembre, 2014

C’est une atteinte insupportable à la création artistique! a dit une crétine de femme prétentieuse. Les femmes que je respecte infiniment plus qu’elle ne respecte les hommes.

On peut se permettre n’importe quoi à Paris, c’est ce que certains crétins ne venant pas de l’hexagone croient. Pour leur conception « artistique » qui en fait n’a rien d’artistique, absolument rien, frustrée et provocatrice impossible à réaliser dans leur propre pays puritain pensent que la France est un pays libertaire sans limites. Ceux qui ont dégonflé la baudruche de la place Vendôme sont des héros et le prétendu « artiste » qui n’aurait jamais du être accepté par certains décideurs parisiens et même nationaux qui s’est permis de choquer surtout les enfants, les adolescents, les femmes et les autres aurait dû être interdit sur le territoire français, d’une France qu’il méprise pour se laisser aller à ses fantasmes dégradants et anormaux.

C’est un magnifique cadeau sain et naturel que le sapin de 35 mètres de haut qui est érigé sur le parvis de Notre Dame de Paris, illuminé par le Cardinal Vingt Trois et l’Ambassadeur de Russie, cadeau d’une église à une autre, d’un pays à un autre. Deux grands pays qui ont des liens naturels historiques et dont ne parle pas souvent, sauf Radio Courtoisie il y a quelques jours. Des contestataires il y en aura toujours, mais l’auteur du cadeau sapin a un esprit infiniment plus à la hauteur d’un beau pays digne, phare du monde que l’horreur impardonnable de la place Vendôme.
Léonard Templer

J’ajoute que je ne parlerai jamais à un plus jeune que moi en ce qui concerne la sagesse.

Déjà le 20 juin 2012

13 décembre, 2012

2012 – le 20 juin .
Réunion complète des douze, à Rennes-les-Bains chez les Templer. La réunion est organisée par Léonard Templer et sa femme, au solstice d’été. Ils ont donné toutes les explications pertinentes à tous ceux qui voulaient bien les entendre. Le 21 décembre la folie s’empare de Bugarach..…

chez: Les Editions du Net

Peinture de l'auteur Wladimir Vostrikov

La plus grande suspicion doit être envisagée pour tous les rites…

Il faut que je vous dise…

9 novembre, 2012

« Fin du monde à Bugarach » est un roman, une fiction si vous préférez – une épopée amusante d’un groupe dont ceux qui le composent ont repris contact après de nombreuses années – néanmoins certains d’entre eux se voyaient de temps en temps. Ils se rencontrent en 2012, tous en bonne santé.

Par rapport à cette histoire, à ce roman, j’ai été invité à une réunion lors de laquelle je présentais mon livre. Une personne s’est totalement méprise sur l’histoire de mon bouquin et l’a complètement adaptée à son imagination personnelle. Il s’agit encore une fois d’une fiction, d’un livre dont le sujet n’a pas d’autre but que de parcourir un texte décrivant une histoire imaginée et sans message d’aucune sorte. Une autre personne m’a demandé: « mais comment pouvez-vous dire des choses sur l’avenir ? » – J’ai été stupéfait une deuxième fois, ma réponse a été encore : « il s’agit d’un roman, monsieur, d’une fiction, d’une histoire imaginée sur un sujet dont on parle cette année 2012 ! J’ai écrit sur d’autres sujets et j’en écrirai peut-être encore »…

A l’un de mes amis je voudrais dire que l’univers a bien quatre composantes de mesure, les autres sont évaluées dans des extrapolations d’équations mathématiques dans des théories spécifiques cosmologiques, comme la théorie des super cordes – ou par les « Cordeliers » comme certains les nomment en s’amusant. Les quatre dimensions sont, la longueur, la largeur, la hauteur et le temps. L’espace-temps est une mesure de la géométrie spatiale combinée au temps que met un rayon de lumière à parcourir près de 300,0000km/seconde. Pour les inimaginables distances intergalactiques qu’on ne peut évaluer en simples kilomètres, il s’avère nécessaire de se servir d’une unité dépassant les notions habituelles. Par exemple la galaxie d’Andromède se trouve à deux millions deux cent milles années-lumière de nous, de notre Terre de l’endroit de l’avant dernière boucle de la galaxie de la Voie lactée. Quant aux désignations qu’on attribue aux styles des peintres qu’ils soient période bleue, romantique, baroque, existentialiste, cubiste, réaliste, figurative, naïve, impressionniste, les auteurs extrèmement imaginatifs ont pu attribuer un terme de « quatrième dimension » à certains de leurs tableaux simplement pour des raisons de description de leur inspiration, mais surtout, on ne peut pas se laisser persuader que la quatrième dimension se trouve dans une perspective d’une oeuvre – ce serait un lapsus ou un abus. L’imagination peut trouver des qualificatifs amusants voire même attrayants mais ils ne reflètent pas forcément la réalité.

http://www.leseditionsdunet.com/fantastique/494-fin-du-monde-a-bugarach-wladimir-vostrikov-9782312003405.html

SAUVEGARDE DE NOTRE TERRE

29 mai, 2012

EXTRAIT Page 217 FIN du MONDE à BUGARACH
http://www.leseditionsdunet.com/fantastique/494-fin-du-monde-a-bugarach-wladimir-vostrikov-9782312003405.html >

…..Léonard entame un long exposé, qui peut se résumer de la manière suivante:
- Ce n’est plus comme en 1950, lorsqu’à l’école du village, on avait bien entendu les maîtres et les maîtresses, puis plus tard les professeurs qui affirmaient que la population mondiale avait, rendez-vous compte, atteint les 3 milliards d’habitants. En 2011 la Terre porte 7 milliards d’habitants. Tous grandissent, travaillent et mangent, mais ils polluent aussi absolument tout leur environnement. Ils jettent n’importe où leurs ordures ménagères et autres comme les papiers et les sacs d’emballage plastiques, sur le bord des routes et des autoroutes. Les détritus ménagers, chimiques, métalliques, toutes sortes de métaux et de plastiques sous toutes les formes imaginées par l’homme se retrouvent dans les forêts, les prés, les lacs, les rivières, les mers, les océans – les gaz des usines et les gaz de propulsion des avions qu’on minimise toujours, car c’est là un trop gros morceau auquel il ne faut surtout pas s’attaquer, tout comme l’industrie automobile. Il est vrai que pour l’automobile des efforts sont faits. On doit reconnaître aussi que des efforts ont été faits pour réduire la pollution atmosphérique avec la conception de moteurs d’avion beaucoup moins polluants, mais la production mondiale de ces machines augmente avec le temps et la démographie. Parmi les sept milliards de terriens, hommes, femmes, garçons et filles beaucoup exigent une voiture personnelle, certaines familles en ont entre trois à six. L’avenir c’est évidemment la jeunesse, elle est consciente, que c’est elle qui le réalisera, avec certainement des exigences qui iront bien au-delà de la simple conviction politique. Elle dictera la raison écologique. Elle démantèlera les centrales nucléaires comme l’a décidé un grand pays industrialisé comme l’Allemagne, mais déjà le processus irrémédiable est là. Les déchets nucléaires seront radioactifs encore pendant 50 milles ans. Ces déchets seront dangereux pour l’entourage immédiat pendant des centaines de siècles, voilà ce que lèguent les grands ingénieurs des grandes écoles et les scientifiques à nos générations à venir, à leurs propres descendants…./….qu’ils prennent conscience qu’avec l’accroissement de la population mondiale, ils vont à courte échéance à la perte logique de leur autosatisfaction, à leur prépondérance arrogante….

fin de l’extrait
La Terre face aux déchets nucléaires et autres

Le respect de la Terre, de la nature et du vivant sur le site: http://www.cfaitmaison.com

  • http://www.leseditionsdunet.com/fantastique/494-fin-du-monde-a-bugarach-wladimir-vostrikov-9782312003405.html

  • Univers, rêve ou réalité, dans « Le songe d’Anne de Kiev »

    29 avril, 2012

    Les cosmologistes, astrophysiciens paraissent souvent convaincus d’avoir percé une grande partie des secrets de l’univers. Peut-on en être sûr ? Il faut certainement raison humaine garder, car de quoi peut-on être certain d’une manière définitive – difficile de trouver une réponse, les philosophes trouveront toujours matière à discussion dans des détails à couper souvent les cheveux en quatre, car parfois ils se répètent en changeant les mots pour toujours exprimer leur incertitude nébuleuse et là est leur éloquence. Un grand astrophysicien a bien dit au sujet du « big bang » : « C’est la version que les scientifiques retiennent avant toutes les autres, mais en fin de compte – on ne sait rien ! » C’est ici que les philosophes des sciences en astrophysique peuvent nous dire concrètement et sans détour : « Nous sommes soit dans notre propre rêve ou celui d’une autre entité », pourrait t-on les croire enfin de compte est une autre histoire.

    Dans « Le songe d’Anne de Kiev » la reine réconforte une dernière fois Henri-1er en lui disant que « Tout n’est que Bogij Son … ».

    CLIQUEZ le lien de LA CARTE DU CIEL DE CETTE de NUIT:

    http://www.stelvision.com/carte-ciel/index.php?id=21682&key=509744

    Femmes courageuses contre CORRIDA

    16 avril, 2012

    Corrida, les résultats d’aujourd’hui: Quelle déception contre le plus grand nombre !
    Anti Corrida = négationnisme d’une culture ancestrale… mais quelle culture?
    Même en Catalogne espagnole, ces inepties sont abolies. Il y aurait tellement à dire, mais on ne peut pas…Ce ne sont pas ceux qui prétendent être l’autorité, qui sont forcément les plus humains, les plus sensibles et les plus intelligents, et surtout pas les brutes qui prétendent défendre « une certaine culture ancestrale » qu’ils nomme « négationnisme culturel ».

    Femme courageuse contre souffrance animale

    - Extrait de « Fin du monde à Bugarach »

    Dans mon pays, une femme courageuse se bat contre la souffrance infligée aux animaux et elle exige auprès de l’Union européenne de stopper ces atrocités qui ne font plus partie de certaines traditions. Elle n’a jamais cessé depuis sa jeunesse et plus tard toute sa vie durant, de tout faire pour améliorer les conditions de la vie animale. En désespoir de cause, elle s’est attaquée depuis des décennies à combattre la souffrance animale jusqu’aux extrêmes limites de leur vie. Elle a tenté de faire accepter « l’étourdissement » des animaux par les tueurs d’abattoires. La société revient sur ces résolutions invoquant que pendant des millénaires et ce jusqu’en 1960 les animaux destinés à la boucherie étaient égorgés dans la souffrance. La société rétrograde soudain en revenant en arrière en abandonnant et en méprisant les avancées qui avaient été atteintes et respectées. La société pour se donner bonne conscience affirme que les animaux ne souffrent pas et ne comprennent rien. Ceux qui affirment cela sont loin d’être des spécialistes et ceux qui parmi les vétérinaires et les savants ne contredisent pas ces allégations, savent très bien ce qu’est la réalité. Savez-vous qu’il est prouvé que l’intelligence animale évolue de la même manière que celle des humains, n’avez-vous pas remarqué que vos chiens et vos chats vous comprennent de mieux en mieux avec le temps. Faites de votre mieux pour faire connaître l’action de cette personne, comme vous l’avez fait pour la défenderesse anglaise des lions d’Afrique. Quant aux défenses des éléphants, une politique de honte doit être menée à l’encontre des acheteurs d’articles faits d’ivoire, comme envers ceux qui trouvent des effets soit disant aphrodisiaque dans les défenses des hippopotames et des éléphants. Mes articles sont prêts pour notre magazine et j’espère que tu pourras tripler l’édition William!…
    Extrait du roman « FIN du MONDE à BUGARACH »

    Il est sous-entendu dans le commentaire du roman, qu’il s’agit bien avant d’autres femmes courageuses, de Brigitte Bardot.

    Commandes à : Les Editions du Net

    12