• Accueil
  • > Archives pour octobre 2018

L’âme est scientifique

27102018

001

-wladimir-vostrikov

1304-ame-scientifique-couv-rv_1 (1)

Suite au livret « La particule spirituelle ».

Laisse tomber, ça les intéresse pas – pourtant tous se posent la même question…

On dit qu’elle est immatérielle, soit mais en science-physique je pense qu’il n’y a pas seulement la table des abondances de Dmitri Mendeleïev, enrichie par les temps modernes, il y a autre chose et cet autre chose est bien admis des scientifiques, ils savent que des mystères existent sans qu’ils puissent encore tout simplement les pénétrer. C’est toujours une réflexion latente même après avoir édité « l’âme est scientifique ». Le monde entier se pose ces questions et voici une réaction suite à cet ouvrage.

« L’âme est scientifique », je l’ai lu avec intérêt comme je l’avais fait pour « Conceptions cosmologiques » et « la particule spirituelle »… Globalement j’ai compris que votre raisonnement est en cohérence avec vos précédents livres. Pour moi l’âme, tant soit peu qu’elle existe, ce dont je doute, l’âme est mortelle : « Il ne s’agit plus de se résigner à la mort que de la nier. On pose arrogamment comme un fait l’immortalité de cette entité vague que nous n’avons jamais vue fonctionner dans l’absence du corps, avant d’en prouver l’existence » (mémoires d’Hadrien » par Marguerite Yourcenar). La force des religions monothéistes en particulier est qu’elles ont aboli la mort, en contradiction avec certains de leurs textes sacrés : « Ce qui arrive aux fils des hommes arrive aux bêtes, leur sort est le même, l’un meurt comme les autres, ils n’ont les uns et les autres qu’un seul souffle, ainsi l’homme n’a aucune supériorité sur les bêtes, car tout est vanité, tous vont au même endroit, tous sont faits de poussière et retournent à la poussière ». La Bible, l’Ecclésiaste. « L’homme qui est né de la femme ne vit que peu de jours et des jours pleins de troubles. Il vient comme une fleur et on le coupe, il vole comme une ombre et ne va pas plus loin. On peut espérer d’un arbre, si on le coupe, qu’il repoussera, mais l’homme meurt et disparaît à jamais » la Bible, Job. Ces textes iconoclastes sont tirés de la Torah à laquelle se réfèrent les trois religions monothéistes qui ont pour credo l’immortalité de l’âme et la résurrection des corps. Cherchez l’erreur ! « Comment les convaincre les croyants, quand leur religion leur interdit de croire à leur mort » «écrit l’Algérien le très courageux Boualem Sansaz dans « 2084 ».

Comme vous l’écrivez, je trouve indispensable de « vider son esprit de tout ce qu’on a accumulé le long d’une vie » ou pour citer Descartes, « pour atteindre la vérité, il faut une fois dans sa vie, se défaire de toutes les opinions que l’ont a reçues, et reconstruire de nouveau le fondement, tout le système de ses connaissances ».  C’est un beau cadeau que de donner à penser. « A chaque époque il est des gens qui ne pensent pas comme tout le monde, c’est-à-dire qui ne pensent pas comme ceux qui ne pensent pas » (Marguerite Yourcenar. « L’important n’est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir » (B. Weber). « Car la vie est un questionnement, jamais une réponse » (Boualem Sansaz). Une réflexion de l’ami Jean-François, octobre 2018.

ouvrage: « L’âme est scientifique – un peu d’astronomie »

Aux éditions : Lys éditions Amatteis




Si vous prenez mes idées, dites le !

11102018

La raison pour laquelle, je demande de me mentionner est que depuis quelque temps, certaines de mes idées personnelles que j’ai la naïveté et la liberté de développer sont reprises par d’autres, comme :

- La surpopulation de notre planète. Moi j’en parle depuis des années et j’ai consigné ces affirmations dans quelques-uns de mes livrets comme « Conceptions cosmologiques » ou le roman d’aventure « Fin du monde à Bugarach »,  « la particule spirituelle » et « L’âme est scientifique », il en est aussi question dans mon roman d’aventure spatiale « NSEA allers et retours spatiaux ». C’est une constatation alarmante et le monde prend la chose avec insouciance croyant que  » je suis bien chez moi, ça se passe loin ailleurs » – et non les migrants en sont la preuve incontestable. Leurs raisons sont très diverses mais c’est un fait de notre époque après 2015. Je me souviens en 1974. 1975 ou 1976 lorsque j’étais fonctionnaire international à Genève on nous distribuait dans le circuit interne du courrier au Palais des Nations des bulletins concernant les dernières nouvelles de l’action en général des Nations Unies, les conférences et les dernières résolutions. A cette époque se tenait une conférence en Autriche à Vienne sur la population mondiale et déjà les statisticiens actionnaient la sonnette d’alarme, comme par exemple, que la population en Europe dépasserait les 50% en faveur du métissage dès l’année 2022. Cela ne pouvait pas bien entendu être du racisme aux Nations Unies, c’était impossible, c’était une déduction mathématique des statisticiens confirmés par les UN. En 2018 on se rend compte de la surpopulation de l’Afrique passant de un milliard à bientôt cinq milliards, celle de l’Inde d’un milliard et trois cents millions, la Chine qui a stabilisé sa démographie à un milliard et trois cents millions et le reste du monde. Chose étonnante, tous les gouvernements du monde occidental encouragent la natalité dans leur pays.

- L’âme existe scientifiquement. On dit qu’elle est immatérielle, soit mais en science-physique je pense qu’il n’y a pas seulement la table des abondances de Dmitri Mendeleïev, enrichie par les temps modernes, il y a autre chose et cet autre chose est connu des scientifiques.

- La remise en question des origines de l’univers. On en parle sans développer les idées nouvelles. Le big bang, ce n’est plus aussi sûr que ça…

 

Il ne faudrait pas que j’apprenne que tiens, un « GRAND » constructeur aéronautique a décidé de construire un système de sauvetage en forme de « cerf-volant » pour les avions à réaction, avions de ligne ou avions de chasse, je veux dire qu’on me prenne mon concept développé dans mon livre et enregistré à l’INPI, sans même me prévenir…  Le système « VLADIKITE ». Non, non et non, il faut tenir au courant ceux qui émettent des idées qu’on veut exploiter, il existe des règles.




retour sur l’origine de l’univers, encore une fois

10102018

L’ORIGINE  DE  L’UNIVERS, faut-il tout repenser… et si vous reprenez ma réflexion, ne la prenez pas à votre propre compte, mentionnez moi.

Les physiciens pensent que l’origine de l’univers provient de quelque chose d’extrêmement petit, condensé, avec une chaleur et une énergie inimaginable. Une nébuleuse de masse et de gaz, non, un superamas galactique, non. Une galaxie, non plus, une étoile, non plus, un astre quelconque non plus, une masse vagabonde, non, une roche, non, un gaz, non plus, une molécule, mais non, alors un atome, non, un proton – non pas un proton, un neutron – pas tout à fait, un quark oui peut-être, mais quel quark ? Un « up » ou un « down » ? Il n’y avait absolument rien, même pas le vide, rien n’existait, mais il y avait donc quelque chose dans rien, oui mais dans le rien, il y avait supposent les physiciens un quark qui avait été le début de tout un processus, alors, up ou down… jouons sur les signes mathématiques cela semble plus logique, alors « down » soit-il – tout seul, mais comme il avait une énergie incommensurable, une chaleur incommensurable aussi, peut-être s’est-il divisé en deux, puis en une multitude qui pesait le poids de l’univers tout entier. Ne supportant plus cette solitude uniforme dense et chaude, les down ont créé instantanément, en une fraction de milliardième de seconde un quark « up », puis un nombre incommensurable aussi de quarks « up ». Dans la mélasse ionisée, donc dépourvue de tout électron le processus aurait duré 380 000 années – quarks down et quarks up formant la fournaise la plus chaude ayant jamais existé et qui à force de friction n’a abouti qu’à la suite logique des événements, il fallait une colle liant certaine partie de la mélasse qui commençaient à se rafraîchir d’un millionième de degré et cette colle a été le « boson de Higgs ». A partir de cet instant le processus se généralise instantanément et la mélasse explose dans tous les sens de la géométrie euclidienne ainsi créée elle-même. Un petit écart et de nouveaux éléments viennent se réaliser, on les appellent les « protons » ils se mêlent à des neutrons, les électrons sont forcés d’apparaître à leur tout à cause de ce bouillonnement et se dirigent où bon leurs semble, et se crée le début de la matière initiale la plus simple qui puisse exister à cet instant précis, mais en même temps lui fait face « l’antimatière » – C’est le combat entre matière naissante d’hydrogène et anti-matière naissante, d’anti-hydrogène – des flopées d’anti-matière sont éjectées dans un espace qu’elles réalisent à l’écart tandis que la matière domine et éloigne l’anti-matière qui a déjà fait beaucoup de « dégâts » dans le sens où elle a annihilé de la matière en très grandes quantités. L’anti-matière s’est dirigée vers d’autres phénomènes comme la résurgence d’un trou noir ou un univers parallèle. De nombreux astrophysiciens n’y croient pas aux univers parallèles, d’autres y croient mais là encore la question serait d’expliquer d’où provient chacun de ces univers parallèles. La « soupe primordiale » comme l’appellent les astrophysiciens commence très vite à se complexifier, c’est-à-dire commence la nucléosynthèse et de nouveaux éléments apparaissent qui viennent enrichir l’élément originel le plus léger et le plus simple, l’hydrogène – chaque neutron combiné crée un nouvel élément, l’hélium, le béryllium etc. jusqu’à la quasi-totalité de ce que nous connaissons. L’évolution du cosmos, l’évolution au sein de notre système planétaire et de notre planète, telle qu’elle était, c’est-à-dire belle, très belle jusqu’il y a quelques siècles en arrière, parce que les choses se gâtent ces derniers temps, tout le monde veut une, deux ou trois voitures et tout le reste qu’on appelle confort et loisirs, de plus tous les gouvernements du monde encouragent vivement la productivité, pour enrayer le chômage et créer plus de richesses surtout pour ceux qui ne savent plus quoi en faire. Enfin c’est comme ça et ça continue et le futur de notre planète s’obscurcit pour nos enfants, leurs enfants et petits-enfants. Mais au fait, cet origine de l’univers logée dans un quark, il nous faudrait des éclaircissements, et le quark d’où vient-il ? Était-il seul ou y en avaient-ils en d’énormes quantités le tout pesant l’univers entier encore non dissolu, des questions à n’en plus finir. L’origine du premier quark… une explication qui semble s’éloigner ainsi que le fameux « rien ». Arriverait-on à un retour en arrière en essayant de trouver de nouvelles explications. Quant aux univers parallèles, en effet leur quark d’origine rencontrerait exactement le même problème que le « nôtre ». L’avenir de l’astrophysique pour les décennies à venir sera concentré sur de nouvelles études de la réalisation de l’univers ou des univers. C’est moi qui vous le dis ou alors donnez votre sentiment personnel, après votre longue réflexion, celle-ci devra être loyale. De grâce les grands savants, si vous reprenez cette interrogation, ne la faites vôtre, car souvent mes réflexions sont reprises à votre propre compte, ou alors mentionnez moi.

Wladimir







Jacques Mortier |
Gabaye mycologia II |
Wladimir Vostrikov - France |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Biologie
| module externe et indépenda...
| ASTRONOMIE?...C'est Quoi?